Le Monde, Le Figaro, L'Equipe, Le Parisien... Les sites des grands journaux français bloquent dès aujourd'hui l'accès à leurs articles si vous utiliser une extension bloquant les publicités...

1) Prenons Le Figaro, quotidien fondé en 1826. Pendant plus de 170 ans, pour lire un article, il fallait acheter le journal (si, si, c'était comme ça). Et personne n'a obligé Le Figaro a mettre en ligne gratuitement ses articles lors de l'arrivée d'internet. Il est trop tard pour venir se plaindre des problèmes de la gratuité.

2) Les sites demandent de réaliser une manipulation de l'extension pour accéder au contenu. Les internautes sont habitués à la rapidité et à la simplicité d'accès au contenu. S'ils voient une page avec des indications complexes, ils ferment la page directement. Les sites d'infos se tirent une balle dans le pied en perdant une part des visites.

3) Les sites ne peuvent cacher une vérité économique : ils ne peuvent (ou ne veulent) vivre sans la publicité. S'ils proposent des abonnements, ceux-ci ne suffisent pas. L'Express ne le cache pas : choisissiez notre formule d'abonnement 100% numérique et son affichage publicitaire limité... On retrouve la même chose pour les abonnements papier : malgré la somme déboursée, une page sur quatre au minimum est une page de publicité.

4) S'il existe des bloqueurs de publicité et s'il existe maintenant "des bloqueurs de bloqueurs de publicité", il existe aussi "des bloqueurs de bloqueurs de bloqueurs de publicité" ! Les éditeurs ne peuvent rien contre la liberté des internautes d'installer sur leur ordinateur personnel les programmes qui leur plaisent.

5) Les sites payent aujourd'hui les excès commis avec les publicités : le nombre et la taille des publicités semblent limités seulement par la taille de l'écran.. Il faut dire que le législateur n'a pas imposé des règles comme pour les autres médias. Les chaines de télévision par exemple ne doivent pas dépasser un nombre de minutes de publicité par heure ; et surtout, le placement de produit est très réglementé : il est presque totalement interdit dans les émissions, et doit être signalé dans les fictions.

6) Un argument des éditeurs est de dénoncer les comportements de certains bloqueurs de publicité qui laissent passer certaines publicités d'annonceurs "partenaires" mis sur une "liste blanche". Mais ce n'est pas le cas de toutes les extensions. uBlock Origin est ainsi proposé sans liste blanche.

Pour conclure. Les journaux ont des problèmes économiques, et ils vont devoir trouver un modèle économique durable sans prendre leurs lecteurs pour des idiots.